isolation phonique mur mitoyen

L’isolation phonique d’un mur mitoyen

Des murs qui laissent entrer tout le bruit des voisins, des enfants qui chahutent, des répétitions musicales et d’autres nuisances sonores : que vous soyez dans un appartement ou dans une maison jumelée, vous connaissez l’ennui causé par la mauvaise isolation acoustique d’un mur jumelé. Afin de limiter les inconvénients et de gagner en confort acoustique, nos experts vous donnent les clés pour obtenir une bonne isolation acoustique des murs adjacents avec vos voisins ou des murs intérieurs en contact avec une pièce bruyante.

Pourquoi sonner un mur ?
Isolation pour réduire la pollution sonore entre voisins
Selon le baromètre QUALITEL, le bruit est l’une des principales sources de nuisances pour les habitants des logements collectifs. Cela est dû en partie à la qualité acoustique des bâtiments anciens, qui n’est généralement pas suffisante pour permettre une bonne cohabitation, en particulier pour les bâtiments construits entre 1900 et 1970. Des travaux d’isolation en cours de rénovation sont souvent nécessaires pour réduire les nuisances dans ces bâtiments.

Dans les bâtiments construits après 1970, l’isolation acoustique est assurée dès la construction. La première régulation acoustique a effectivement été introduite en 1970 et renforcée en 1996. Toutefois, ces réglementations n’ont pas toujours été respectées, ce qui a conduit en 2013 à exiger des pouvoirs adjudicateurs qu’ils effectuent des mesures acoustiques systématiques à la réception des œuvres et qu’ils fournissent une attestation acoustique de prise en compte des réglementations en vigueur.

Les personnes vivant dans des appartements ne sont pas les seules à souffrir de la pollution sonore de leurs voisins : 30% des Français, dont 23% vivent dans des maisons, admettent avoir déjà connu des tensions avec leurs voisins pour des problèmes liés au bruit.

Le manque d’isolation acoustique est également la deuxième source d’insatisfaction chez les Français quant à la qualité de leur logement. Cependant, le partage des murs adjacents avec les voisins exacerbe le problème puisque le bruit se propage encore plus facilement à travers les structures communes.

Isolation pour limiter les différents sons perçus dans un logement
Il existe différents types de bruit dans un logement, selon leur origine :

Bruits aériens intérieurs provenant de conversations, de cris, de pleurs, de musique, de télévision, etc.;
le bruit aérien externe, qui comprend les nuisances liées au transport, les divertissements de rue, les voix, etc.;
bruit d’impact ou d’impact sur le sol (marches, chutes d’objets, meubles en mouvement, etc.);
bruit de l’équipement (chauffage, VMC, machine à laver, ascenseur, etc.);
les sons des aires communes qui se répercutent (marches, voix, portes, etc.).
Le bruit aérien est transmis par l’air avant de vibrer les parois du boîtier, qui à leur tour transmettent des vibrations à l’air dans le boîtier adjacent. Dans le cas d’un bruit solide, qui comprend le bruit d’impact ou de choc et le bruit des équipements, l’opération est différente : la paroi soumise à un choc entre en vibration et fait alors vibrer l’air des locaux voisins.

Les personnes vivant dans des appartements ne sont pas les seules à souffrir de la pollution sonore de leurs voisins : 30% des Français, dont 23% vivent dans des maisons, admettent avoir déjà connu des tensions avec leurs voisins pour des problèmes liés au bruit.

Le manque d’isolation acoustique est aussi la deuxième source d’insatisfaction chez les Français quant à la qualité de leur logement. Cependant, le partage des murs adjacents avec les voisins exacerbe le problème, car le bruit se propage encore plus facilement à travers les structures communes.

Isolation pour limiter les différents sons perçus dans un logement
Il existe différents types de bruit dans un logement, selon leur origine :

Bruits aériens intérieurs provenant de conversations, de cris, de pleurs, de musique, de télévision, etc.;
le bruit aérien externe, qui comprend les nuisances liées au transport, les divertissements de rue, les voix, etc.;
bruit d’impact ou d’impact sur le sol (marches, chutes d’objets, meubles en mouvement, etc.);
bruit de l’équipement (chauffage, VMC, machine à laver, ascenseur, etc.);
les sons des aires communes qui se répercutent (marches, voix, portes, etc.).
Le bruit aérien est transmis par l’air avant de vibrer les parois du boîtier, qui à leur tour transmettent des vibrations à l’air dans le boîtier adjacent. Dans le cas du bruit solide, qui comprend le bruit d’impact ou de choc et le bruit des équipements, l’opération est différente : le mur soumis à un choc entre en vibration et provoque ensuite la vibration de l’air des locaux voisins.

Gardez à l’esprit que le bruit est propagé de différentes manières et dans différents milieux et que la propagation des ondes sonores dans un mur peut avoir lieu en transmission directe ou latérale. Le bruit peut ainsi passer à travers la façade si elle est légère, à travers le plafond si on est au dernier étage ou même à travers le plancher quand il s’agit de bruit d’impact. Pour avoir une bonne isolation acoustique dans votre maison, vous devez traiter tous les points d’entrée de bruit avec des méthodes d’isolation appropriées, y compris l’isolation des murs adjacents, l’isolation du plancher ou l’isolation du plafond.

Pour connaître la trajectoire du bruit qui vous perturbe au quotidien, il est conseillé de faire appel à un acousticien qui diagnostiquera votre maison et vous proposera les solutions techniques appropriées pour réaliser votre insonorisation en fonction des objectifs et des contraintes du projet.

Comment faire un mur d’isolation acoustique?
Isolation en doublant le cadre
La technique la plus courante et la plus efficace pour isoler un mur ou un mur intérieur est de faire une contre-cloison constituée d’un cadre métallique fixé au sol et au plafond, dans lequel un absorbeur acoustique peut être placé (isolant thermo-acoustique fibreux) comme la laine minérale de 45 mm minimum. Le revêtement en plâtre BA13 est ensuite fixé au cadre pour fournir une isolation acoustique. C’est surtout cette plaque qui isole le bruit, plus que le matériau à l’intérieur de la cloison.

Cette méthode de doublure de cadre est très efficace pour l’isolation d’un boîtier en terrasses car le mur intérieur est ainsi séparé du mur en terrasses grâce à un vide d’un centimètre entre les poteaux et le mur, réduisant ainsi la transmission des ondes sonores. Pour une isolation réussie et sans fuite, il faut faire très attention à l’étanchéité entre les plaques et le périmètre de la cloison.

Les avantages de la doublure de cadre? L’isolation acoustique de l’air est améliorée de 5 à 10 dB et l’isolation thermique est également améliorée. L’efficacité de ce traitement est d’autant plus importante que le mur est pauvre en acoustique (mur de maçonnerie mince, par exemple en briques, briques, etc.). En outre, vous pouvez facilement passer les câbles et les gaines derrière la cloison, ce qui permet d’obtenir un rendu plus esthétique sur vos murs. Enfin, cette technique d’isolation est possible sur tous les types de murs, même ceux qui ne sont pas plats ou irréguliers.

Attention, malgré des performances élevées pour une petite épaisseur, cette doublure des murs séparateurs mesure environ 7 cm, ce qui empiète nécessairement sur la surface habitable de la pièce.

Si votre quartier est particulièrement bruyant, la doublure du cadre peut être renforcée :

augmenter la taille de la lame d’air entre le mur et la cloison;
ajouter des panneaux de gypse (jusqu’à 3);
choisir des plaques plus lourdes comme des plaques « acoustiques » (mais l’amélioration sera moindre que les deux points précédents).
Pour une efficacité optimale de votre isolation acoustique, il peut également être nécessaire d’isoler les parois latérales supportées par le mur adjacent.

Isolation par doublure collée
L’autre technique régulièrement utilisée pour isoler les murs, qu’ils soient adjacents ou non, est de coller une doublure acoustique directement sur le mur de support au moyen de goujons de colle. Il s’agit de panneaux 2 en 1 en laine minérale ou isolant en polystyrène élastiqué, collés en usine à un placoplâtre.

Ces revêtements collés sont réservés aux murs plats et en bon état car ils adhèrent au mur à isoler. Sinon, une récupération de la paroi de support peut être nécessaire pour préserver l’efficacité isolante de l’appareil.

Étant donné que la technique des doublures collées est moins efficace que l’isolation du cadre, il faut privilégier une épaisseur de doublure d’au moins 10 cm (8 cm d’isolation) pour obtenir une réduction significative de la pollution sonore. La surface habitable est donc réduite en conséquence.

D’autre part, cette méthode d’isolation est plus simple et plus rapide à mettre en œuvre et elle évite le tassement dans le temps de l’absorbant sonore placé dans les cloisons, même si elle ne permet pas l’intégration des réseaux. Cette technique est principalement utilisée dans la construction neuve et peu dans la rénovation.

Isolation avec peinture antibruit
Certaines marques proposent des peintures conçues pour réduire la diffusion des sons. Ces peintures dites acoustiques, antibruit ou acoustiques fonctionnent-elles vraiment ? Pleine de promesses, la peinture acoustique n’a cependant pratiquement aucun effet sur l’isolation acoustique.

Rapide et peu encombrante, l’installation de peinture phonique ne remplacera jamais les avantages d’une véritable isolation acoustique des murs réalisée en doublant sur cadre ou doublure collée.

Quelle isolation choisir pour les murs ?
Isolation minérale, naturelle ou organique : vous avez plusieurs options d’isolation pour isoler les murs adjacents de votre maison. Choisissez-le en fonction de sa performance isolante et du type d’isolation entrepris (doublure de cadre ou doublure collée).

Dans le cas de la doublure du cadre, l’isolation doit être poreuse : elle doit permettre à l’air de passer, mais avec une certaine résistance aux ondes sonores.

Dans le cas d’une doublure collée, elle doit être flexible, par exemple en laine minérale ou en polystyrène élastiqué, et non rigide comme le polystyrène standard et le polyuréthane.

Laine minérale
La laine de verre et la laine de roche peuvent être utilisées pour isoler les murs d’un point de vue acoustique. Ces laines minérales incombustibles ont également de bonnes performances thermiques, ce qui les rend très complètes pour un prix raisonnable. La laine de verre et la laine de roche peuvent être utilisées comme isolation acoustique dans la doublure du cadre et la doublure collée.

Isolant biosourcé
La laine d’origine végétale ou animale comme la laine de chanvre, les fibres de bois, la laine de mouton ou la ouate de cellulose ont des caractéristiques isolantes similaires à celles de la laine minérale, mais généralement à un prix plus élevé. Ces isolants biosourcés et écologiques peuvent donc être utilisés comme remplisseur de paroi arrière pour l’isolation acoustique d’un mur, lorsqu’ils sont suffisamment poreux mais avec une résistance suffisante pour atténuer le bruit.

Polystyrène élastiqué
Grâce à un processus d’élasticité qui le rend plus flexible que le polystyrène conventionnel, le PSEE ou polystyrène élastiqué est un matériau couramment utilisé dans les panneaux acoustiques pour la méthode d’isolation des doublures collées. Attention, le PES non plastique est à éviter absolument car il a tendance à dégrader l’isolation acoustique d’un mur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.